FIFA 20 : LA BETA DE L’HORREUR

FIFA 20 : LA BETA DE L’HORREUR

16 août 2019 4 Par Ijbine Football

L’horreur. La terreur. L’effroi. EA Sports, habitué depuis plusieurs années à réussir l’exploit de proposer un opus toujours plus mauvais que le précédent, réalise avec FIFA 20 un tour de force assez incroyable. Il faut le voir pour le croire. Avant d’aller plus loin dans votre lecture, quelques précautions s’imposent : ne lisez cet article que si vous n’êtes pas seul chez vous, puis demandez à vos proches de checker régulièrement votre état de santé, sait-on jamais.

Vous pouvez maintenant poursuivre, à vos risques et périls. 

FIFA 20 : le coup de grass ?

Jeu de mot historiquement nul, en effet. À l’image du jeu en approche.

Une mort prévisible

Avant de rentrer dans le vif du sujet, rappelons que le prochain FIFA s’inscrit dans une lignée de jeux pétris de médiocrité et de fainéantise crasse de la part d’EA. La preuve avec cet article, sorti quelques jours avant le terrible E3 du studio québécois. 

Pour rappel, Ijbine est un vétéran de la licence, un vieux d’la vieille. Distributeur de raclées virtuelles depuis 23 ans et un certain FIFA 97. Véritable guerrier socceristique enchaînant les séries d’invincibilité jusqu’à tomber sous les flèches de l’handicaping -le script pour la plèbe- parfois après 150 matchs, façon Léonidas résistant jusqu’à ce que mort s’en suive aux hordes de Xerxès. 

Aucune prétention, attention ! Simplement une protection contre les groupies aveugles et leur incompréhensible réflexe à rabaisser quiconque ose critiquer le produit qu’ils consomment, quand bien même eux-mêmes en sont insatisfaits. L’être humain et ses mystères !

Trêve de philo d’comptoir, admirons ensemble l’incommensurable footage de gueule qu’est ce pseudo jeu de balle au pied prévu pour le 27 septembre. Enfin, pour la populace ; sortie le 19 septembre pour les possesseurs de l’EA Access, ceux qui payent plus.

Graphiquement identique. Vraiment identique.

Pas même un semblant d’évolution. Pourquoi se casser la tête après tout ? On ne change pas une équipe qui gagne, comme le veut l’adage. 

EA franchit un nouveau pallier avec cet opus, nouveau pallier dans l’irrespect total de ses joueurs. N’espérez même pas pouvoir jouer au jeu des 7 différences en comparant le 19 et le 20. Vous pouvez toujours tenter votre chance ceci dit :

Désespérant.

Un gameplay identique. Vraiment identique.

On prend les mêmes et on recommence. Les 2 vidéos ci-dessus le montrent parfaitement. Un jeu toujours aussi rapide, malgré les sempiternels “le jeu a l’air moins rapide, plus lent” des testeurs et autres vidéastes à l’objectivité et à la sincérité douteuses. 

Les animations sont quasi -identiques et datées, loin très loin du réalisme des animations de PES 2020. L’arbitrage semble toujours aussi médiocre depuis le 12. Les commentaires sont toujours les mêmes depuis une décennie. 

Le jeu penche une fois de plus vers l’arcade à outrance. Qui dit arcade dit irréalisme et fantaisie totales. Il sera toujours possible, malheureusement, d’enchaîner tous les dribbles possibles à une vitesse délirante et avec une facilité enfantine, entre croqueta tornado etc. Un jeu conçu pour borne d’arcade, à l’image du légendaire Virtua Striker 2. Allez, c’est cadeau pour les nostalgiques.

Le football selon EA Sports ces dernières années, ni plus ni moins. Le football champagne à outrance, une vision américaino-spectaculaire du sport où le “soccer” n’est qu’une grande fête, un grand spectacle se résumant à l’attaque et par conséquent aux buts, aux dribbles etc. La sueur, les contacts, la difficulté, le réalisme, oubliez. Arcadisation et simplification à outrance. Oubliez le foot, le vrai.

Le foot, le vrai.
Génial.

Quelques nouveautés sont à noter ceci dit. Le drame, c’est que ce sont justement ces “nouveautés” qui finissent d’achever la licence et de planter les derniers clous dans son cercueil, en tous cas pour l’ère PS4/Xbox One.

Des "nouveautés" dramatiques

3 “nouveautés”, dont une seule réelle nouveauté… qui à elle(s) seule(s) résume parfaitement ce qu’est devenu FIFA ces dernières années. 

Volta, la pseudo-nouveauté cache-misère

Volta, ou comment donner l’illusion d’avoir ardemment travaillé. D’ailleurs, une grande majorité n’est pas tombée dans le panneau, y a de l’espoir ! 

Anciennement FIFA Street, ce mode de jeu fait donc son retour pour le 20, cette fois inclus dans FIFA et non vendu à part, ce qui pour le coup est à saluer… dommage que ce ne soit que pour faire écran et tenter de leurrer les plus naïfs. 

D’ailleurs, était-ce réellement nécessaire de le réintroduire sachant que les derniers opus n’étaient que des FIFA street/Volta sur pelouse ?

Ne soyez pas surpris d’avoir le retour de l’excellent mode en gymnase de FIFA 97 pour FIFA 21.

Un curseur sur coups de pieds arrêtés, la terrible nouveauté... pas nouvelle

Nous ne rêvons malheureusement pas. Un curseur sur coups de pied arrêtés… Y a t-il plus arcade ? Y a t-il plus “casual” comme élément de gameplay ? Accablant. Assomant. Démoralisant. 

Nouveauté qui encore une fois n’en est absolument pas une. D’une part les derniers FIFA proposaient déjà ce système pour les corners. D’autre part, pour les coups-francs et penaltys, il ne s’agit ni plus ni moins du système des anciens FIFA jusqu’au 2004… Preuve ici avec ce joli coup-franc de Beckham sur le 2003 :

 Faire du neuf avec du vieux, voici le parti pris par EA. 

Quitte à prendre d’anciennes features, pourquoi ne pas reprendre celle de FIFA 11 et 12 qui permettait à chacun d’importer ses propres musiques dans le jeu, aussi bien dans les menus qu’en entrant sur la pelouse ou en marquant un but ? Pourquoi ne pas redonner la possibilité de créer des combinaisons sur coups-francs et corners ? Pourquoi ne pas redonner la possibilité de s’entraîner librement sur les coups francs en plaçant le ballon n’importe où sur le terrain et en choisissant le nombre de joueurs dans le mur ? D’ailleurs, pourquoi ont-elles disparu ? Est-ce simplement pour les reproposer plus tard en tant que nouveautés ?

Tirer un coup franc à l’aide d’un curseur en 2020, et pire le faire passer pour une superbe nouveauté, sérieusement ? Quel manque de respect et de considération. Sidérant. Consternant.

La VRAIE nouveauté : la barbe arc-en-ciel !

Corriger les problèmes récurrents depuis FIFA 12 ? Améliorer l’arbitrage moribond, les serveurs, la défense aléatoire, les interceptions, l’enchaînement abscons de dribbles eux-mêmes abscons, revoir le système de passes pour diminuer grandement les “wrong targets”, changer les commentateurs, introduire pléthore de nouvelles animations, revoir le gameplay en long en large et en travers, revoir leur système d’handicaping, proposer les icônes dans un mode autre que FUT, et tant d’autres éléments ? Non. 

EA a introduit une nouvelle feature, une nouvelle nouveauté révolutionnaire. Une idée de génie. Suffisait d’y penser. Une nouvelle barbe pour votre manager en carrière -et probablement pour votre pro en mode Clubs pros- rien que ça ! Une barbe fournie que tout le monde réclame depuis 10 ans ? Non ! Mieux encore ! Tada !

Une barbe arc-en-ciel. Simple délire insaisissable ou propagande LGBT, chacun se fera son avis, difficile d’affirmer quoi que ce soit sans preuve.

Une barbe multicolore. Le “tout sur le paraître” poussé à son paroxysme. Il n’était apparemment pas suffisant de jouer en clubs pro contre des plaisantins s’amusant à jouer sur le terrain avec un pantalon de gardien via un simple glitch, et ce depuis… Fifa 17. 

Est-ce nécessaire d’en rajouter…

Allez, puisque FUT est le mode phare, cadeau : voici l’une des nouveautés pour le prochain jeu du studio québécois. Là encore, ça sent le football à plein nez, merci EA ! Préparez vos mouchoirs, barre de rire en approche. 

Le football, paraît-il. 

Comme vous pouvez le lire dans l’article écrit avant l’E3, FIFA 20 est déjà mort-né. Pas au niveau des ventes, bien sûr : il s’imposera sans trop de problèmes face au concurrent direct, eFootball (lol) PES 2020. Par contre, au niveau qualitatif, le public le rejettera en masse, pendant que le jeu de Konami ne cesse de rameuter des joueurs FIFA. 

La tendance se confirmera grandement avec le 2020, dont la démo est déjà disponible avec possibilité de jouer des matchs en ligne. C’est autre chose que les démos de FIFA donc, qui ne permettent que du 1vs1 contre un ami avec des mi-temps de 2 à 4 minutes chrono. Konami gagnera beaucoup de coeurs cette saison, quand EA va voir partir nombre de joueurs, essentiellement tous ceux qui n’achètent FIFA que pour le club pro ou pour jouer en saisons. La bataille s’annonce donc plus serrée que jamais sur la prochaine génération de consoles. Pour le plus grand bien de tout le monde.

 

Aucun changement de fond donc en conclusion, si ce n’est l’apparition du mode Volta loin d’être nécessaire, et l’ajout d’un curseur pour les coups-francs et penaltys, comme dans la vraie vie. Des nouveautés ubuesques et délirantes au possible. Au moins, FIFA 20 et sa bêta ont le mérite de faire marrer dans les chaumières. Pour résumer ce que sera FIFA 20 et ce qu’ont été les derniers en date :