FIFA 20 : UNE MORT INELUCTABLE ?

FIFA 20 : UNE MORT INELUCTABLE ?

8 juin 2019 12 Par Ijbine Football

E3 2019. EA s’apprête ce samedi 8 juin à communiquer au sujet du prochain opus de leur poule aux oeufs d’or. Mais après 3 opus médiocres et un Fifa 19 d’une nullité incommensurable, EA Sports peut-il vraiment redresser la barre (transversale), ou est-ce trop tard ? 

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je me permets une petite présentation. Joueur Fifa depuis mes 2 ans, j’ai commencé sur le 97, époque Nintendo. Bref, j’en ai vu des vertes et des pas mûres. Extrémiste puriste. Fondamentaliste du beau jeu. Autrement dit, je hais 97% de la communauté Fifa. Amoureux du club pro depuis Fifa 11 et appelle à la mort de FUT depuis des lustres. Voue une haine terrible à la défaite, et encore plus à la « défaite », les vrais comprendront. 150 matchs invaincus (142-8-0) en saisons sur le 18 avant de tomber sous les balles du script. En d’autres termes, à ceux qui défendent corps et âme le jeu pour une raison qui m’échappe, inutile de m’inviter à apprendre à jouer. Sur ce.

FIFA, une licence à l'agonie

Des années que ça dure. Des années qu’EA réussit la prouesse de sortir un jeu encore plus nul et encore plus buggé que le précédent -et ça c’est vraiment très fort-. Un jeu toujours plus arcade, toujours plus “casu”. Un gameplay toujours plus fade et ridicule, pour rester poli. Je ne m’attarderai pas sur les défauts de FIFA ces dernières années, je consacrerai plusieurs articles là-dessus, preuve du véritable chantier face auquel se trouve EA. Non, je m’attarderai plutôt sur la principale cause de tant de médiocrité, pour expliquer pourquoi FIFA 20 est déjà mort-né.

Ultimate Team, fossoyeur du football

Vous voulez rire un bon coup ? “FIFA, le jeu de simulation footballistique […]”, voilà l’intro d’un article publié sur un site d’informations concernant FIFA. Tordant, n’est-ce pas ! Simulation de simulation, à la limite.

Fut un temps, EA Sports souhaitait effectivement faire de FIFA une simulation footballistique, jusqu’au 12, dernier opus réellement travaillé, bien que beaucoup l’aient détesté à cause du nouveau système de défense, pourtant excellent lorsque bien maîtrisé. Depuis, catastrophe. FIFA 12 est le tournant majeur pour EA, c’est alors l’avènement du mode Ultimate Team, mode qui n’était que peu joué sur les précédents.

EA ne pourra plus jamais revenir en arrière : FUT est sa nouvelle poule aux oeufs d’or, le mode ne cesse de rapporter des sommes délirantes chaque année, il sera d’ailleurs implanté dans tous les jeux du studio, de Madden NFL à UFC. Le problème, c’est que FUT, déjà dans FIFA 12, se démarque des autres modes de jeu par son gameplay résolument orienté arcade. Le jeu a toujours été plus rapide dans Ultimate Team que dans les autres modes classiques. Le gameplay de FUT a toujours été élaboré de telle sorte à ce que les attaques soient encore plus avantagées que les défenses. Pourquoi, bonne question. On le voit bien depuis des années maintenant, l’essentiel de la communication et des “améliorations” sont consacrées à ce mode ; on peut d’ailleurs parler de FUT 19 plutôt que FIFA 19, idem pour les précédents. 

Les légendes en sont la preuve : EA n’a même pas daigné à les rendre disponibles dans le jeu normal ! Seulement disponibles en Ultimate Team à des prix insensés, histoire de pousser les plus nostalgiques à dépenser. Argent, argent, argent… Et toujours argent. Il aurait pourtant été très intéressant de pouvoir jouer avec elles, notamment en coup d’envoi contre des potes, comme on pouvait le faire avec le XI de légende par exemple… Mais non. Faut passer à la caisse. Aucun respect de leurs joueurs.

Personnellement, je n’ai rien contre ce mode de jeu en soit. Il n’y aurait aucun mal à ce qu’il soit arcade, si cela plaît à une énorme partie de la “commu”. Si des millions de joueurs sont heureux en dépensant leur argent dans les packs pour pouvoir constituer leur équipe vue et revue tout en jouant à un mode ultra arcade… Et bien, grand bien leur en fasse. Le problème, c’est qu’étant donné que beaucoup de monde y joue, EA se sent obligé d’adapter le gameplay des autres modes de jeu, pour que les joueurs FUT ne se sentent pas dépaysés en jouant en saisons ou en club, par exemple. Du coup, ces 2 modes de jeu se sont vus eux aussi arcadisés, année après année. Jusqu’à l’extrême, notamment en club pro, l’autre mode phare, qui souffre d’un gameplay aux abois, toujours plus casual et toujours plus buggé depuis le 17. Nombre de comparses ont d’ailleurs lâché l’affaire cette année. Footage de gueule.

En d’autres termes, FIFA/FUT 20 suivra la même voie que ses prédécesseurs. Tant qu’EA ne proposera pas 2 jeux différents, ou 2 gameplay différents -l’un pour FUT, l’autre pour les autres modes- alors l’agonie continuera. Et comme l’argent est roi… Le mal est fait, trop tard.

Une communauté pathétique et pitoyable !

Une licence populaire, quelle qu’elle soit, compte forcément un bon nombre de moutons noirs. On a tous aimé faire l’imbécile dans un jeu, moi le premier ! Ceci étant, la communauté FIFA est probablement la pire au monde. Elle est d’ailleurs la cause première dans la mort lente et douloureuse de la licence. Si FUT a autant de succès, c’est d’abord de sa faute. Ce faisant, EA n’a tout simplement aucun intérêt à modifier quoi que ce soit. L’immense majorité se satisfait du gameplay médiocre qu’on leur sert ; plus grave, ce sont eux qui l’ont demandé. Toutes les fois qu’EA a essayé de modifier un tant soit peu le gameplay pour le rendre un poil moins casual et arcade, la plèbe a fait des mains et des pieds pour les forcer à revenir à ce qu’ils maîtrisent, à savoir un gameplay ultra primaire, un style de jeu de bourricot. 

Le pire dans tout ça, ce qui me désole le plus, c’est qu’il ne s’agit pas forcément d’enfants. En fait, une bonne partie sont des adultes. Terrible.

FIFA Esports, la preuve par excellence

Il suffit de jeter un coup d’oeil à la section “Esports” censée regrouper le gratin du football virtuel. Le niveau est d’une faiblesse abyssale. Loin de moi l’idée de me lancer des fleurs, ou de me considérer comme le meilleur, rien à voir.

Regardez le jeu proposé. Très peu de puristes, pour une masse de bourricots sans idées, jouant tous de la même manière, effectuant sans cesse les mêmes dribbles, avec leur équipe FUT de sans cervelle, toutes identiques les unes aux autres. Absence totale de créativité, couplée à un mimétisme abscons. 

C’était déjà le cas avant que les compétitions ne soient réservées aux joueurs FUT. En 2012, quelques semaines après la sortie de FIFA 12, j’avais fait un petit tour à la Paris Games Week avec quelques camarades. Petit saut au stand FIFA qui proposait de participer à un petit tournoi ; je m’étais donc inscrit. Tournoi remporté haut la main, m’ayant permis de remporter un maillot “Sony – Staff” trop grand pour moi, mais l’important était ailleurs. Quelques minutes après, alors que je baguenaude ici et là, voici que je tombe sur la demi-finale du grand tournoi FIFA 12 pour lequel je n’étais pas inscrit. Curieux, je jette un coup d’oeil au piètre spectacle : 2 joueurs au niveau honteux, l’un jouant avec le Brésil, l’autre avec le Real Madrid. Bref, l’affiche habituelle avant FUT, preuve encore d’une communauté totalement casual, même chez les pseudos champions. 

Même les champions officiels tel Bruce Graennec encourageaient cette médiocrité, malheureusement. Je me souviens, par curiosité j’avais regardé une de ces vidéos ; dans celle-ci il répondait notamment à la question “quelle équipe conseillez-vous ?” et bien évidemment, Bruce répondra “le Real, ils sont vraiment complets etc…” Pas expert pour rien, tcho. Bien dommage, sachant qu’il est un des rares à mériter ses titres, un des rares à encourager le beau jeu. 

En résumé, pourquoi EA se casserait le bide à corriger son jeu, à le rendre moins arcade, plus équilibré, moins buggé, plus travaillé, j’en passe, étant donné que FUT rapporte des sommes folles et que la communauté se satisfait de ce simulacre de football ? Pire, quand EA -bien conscients de la qualité médiocre de leur jeu- tente de corriger certaines choses, cette même communauté leur tombe dessus. Communauté schizophrène. Au final, vous n’avez que le jeu que vous méritez.

Le retour en force de PES

2020. FIFA 20, PES 20. Le vingtième opus du 21è siècle, le chiffre tout rond, le jeu à ne surtout pas rater pour les 2 camps. Pour les raisons évoquées, FIFA 20 est d’ores et déjà hors-course, au niveau de la qualité. Ce qui contraste fortement avec PES, le rival historique, que l’on pensait enterré et largué sur la génération de consoles actuelle. Certains éléments de gameplay me rebutent toujours pour l’instant, notamment le système de défense préhistorique où l’on se contente de rester appuyé sur une touche, ou encore les combinaisons pour effectuer des dribbles, pas du tout optimisées. 

Par contre, bien que ces éléments me rendent réticents à sauter le pas, force est de constater que Konami charbonne réellement sur leur jeu depuis quelques opus déjà. On sent le travail acharné et l’envie de proposer un vrai jeu de football, plus axé simulation qu’arcade. Assez ironique, quand on sait que FIFA était plus axé simulation -toutes proportions gardées bien sûr- jusqu’au 12, quand PES était apprécié pour son gameplay bien plus orienté arcade à l’époque, avec entre autres la fameuse feinte de frappe qui pouvait éliminer toute l’équipe adverse. 

 

Il ne manque que très peu de choses à PES pour repasser devant FIFA. Dans l’esprit des puristes déjà, l’immense majorité considère -à juste titre- que PES est largement plus plaisant que FIFA aujourd’hui. Les sensations sont largement meilleures, les animations également, hormis celles des gardiens. Il ne leur suffit que de proposer un vrai système de défense, comme le système de FIFA 12, et améliorer considérablement l’optimisation des dribbles sur la manette. 

FIFA est mort depuis quelques temps déjà, et le 20 n’en sera que l’officialisation. Sauf si…

Le salut de FIFA passe par le club pro !

EA ne se risquera pas à modifier le gameplay d’Ultimate Team, j’en ai donné les raisons. C’est peine perdue. Par contre, leur salut pourrait passer par l’autre mode phare, à savoir le mode club pro. Ce mode, c’est tout simplement l’avenir du football virtuel, et à moyen terme l’avenir de l’Esport football. Quoi de plus réaliste que de faire partie d’un club, que l’on peut soit-même créer, modifier et gérer ? Quoi de plus plaisant et réaliste que de faire monter son pro, et de jouer avec ses camarades contre d’autres clubs de joueurs ? Comprenez, les vrais matchs à 11 vs 11, je passe sur les clubs jouant à 2-3 personnes. 

En fait, sans ce mode, EA aurait déjà perdu un grand nombre de ses joueurs. Enormément de joueurs n’achètent FIFA que pour ce mode, et j’en fais partie, étant donné que les autres modes ont perdu leur intérêt à cause du gameplay insultant. Faire partie d’une équipe de 11, développer des tactiques de toutes sortes, savoir se placer, anticiper les mouvements des uns et des autres pour être parfaitement coordonnés et marquer des buts d’anthologie face à 11 autres joueurs réels, n’est-ce pas là le but ultime d’une simulation de football ?

Le problème depuis grosso modo FIFA 17, c’est que même ce mode a été pollué et gangrené par le gameplay d’Ultimate Team. Vous comprenez, faut bien faire plaisir à tous ces joueurs sans idées venant de FUT, tout mettre en oeuvre pour qu’ils puissent se sentir forts et marquer leurs buts ridicules. Progressivement, tout a été fait pour que marquer soit un jeu d’enfant. Les tacles sont de moins en moins précis et efficaces, quand bien même vous taclez parfaitement. Les contres favorables aux attaquants sont légion. La réactivité des défenseurs est ridicule face à la réactivité des attaquants. L’agilité des joueurs offensifs est démesurée. Les interceptions ne fonctionnent qu’une fois sur 10, histoire de pas frustrer la communauté ultra casu et de leur permettre de finir leurs actions, pour leur donner l’illusion qu’ils font quelque chose de réfléchi. Les centres sont ridiculement efficaces, à un tel niveau que 9 clubs sur 10 ne sont que des sans cervelles spammant les centres jusqu’à marquer.

 Bref, tout le gameplay est construit de telle sorte à satisfaire les joueurs médiocres, immense majorité de la communauté. L’apothéose de toute cette mascarade, c’est FIFA 19, où le club pro a été définitivement enterré, souffrant d’un gameplay insultant. Les mots me manquent. Pas étonnant qu’énormément de joueurs ont tout simplement arrêté, et supprimé le jeu pour de bon. 

Je ne parlerai même pas des passes, la base du football et d’un jeu de foot, l’action la plus souvent effectuée. Les passes lambda, dans les pieds, sont une véritable catastrophe, allant 1 fois sur 3 (pour ne pas dire plus) sur un joueur autre que celui visé ; quand dans le même temps les passes en profondeur lobées (la passe la plus difficile dans le foot) sont chirurgicales, de même que les centres. 

Elles sont à elles seules le parfait résumé de ce qu’est FIFA depuis des années. Un jeu conçu par des mecs qui ne connaissent rien au foot, pour des mecs qui ne connaissent rien au ballon.

Non vraiment, c’est nul Denis, c’est nul de A à Z.