Finale 100% anglaise : l’histoire d’une saison ou début d’une longue domination ?

Finale 100% anglaise : l’histoire d’une saison ou début d’une longue domination ?

18 mai 2019 1 Par Ijbine Football

Enfin. La Premier League renaît de ses cendres. Certes, le terme est exagéré, mais tout de même. Une finale 100% british, une première depuis 2008 et l’oubliable finale MU-Chelsea. Depuis le fantastique sacre de ce même Chelsea en 2012, plus grand chose sur la scène européenne pour les clubs anglais : aucun club anglais en quarts en 2013 et 2015, une demie-finale pour le Chelsea de Mourinho face à l’Atlético en 2014, et une autre demie-finale de Manchester City face au Real en 2016, voilà qui est bien maigre pour un championnat aussi riche et populaire que la PL. 

Mais ça, c’est du passé : non, cette finale 100% rosbeef n’est pas l’histoire d’une saison. La PL va redominer l’Europe dans les saisons à venir. Et pour expliquer les causes de ce succès, il convient d’analyser les causes de leurs échecs répétés depuis 2012 et la fin de l’ère Ferguson.

 

Pourquoi une telle disette ?

Tout le monde le sait, la Premier League est depuis des lustres le championnat le plus riche du monde. Et l’argent, lorsqu’il abonde, est souvent (très) mal utilisé… L’histoire de l’Humanité. Examinons au cas par cas les clubs du Big 6 depuis la saison 2012-2013 :

Man United : certainement le plus mauvais membre de ce top 6. Le néant depuis le départ de Sir Alex. Moyes n’avait pas la carrure et le charisme nécessaires. Van Gaal n’avait absolument pas la personnalité adéquate, trop distant avec ses joueurs, et niveau transferts… Son MU symbolise parfaitement le gaspillage d’argent que j’évoque. Falcao recruté alors que MU disposait déjà de Rooney et VanPersie, tout ça pour le faire jouer ailier. Des joueurs très moyens empilés, Rojo Blind…. Tout ça avec un fond de jeu médiocre. Idem pour José, qui a certes eu le mérite de remporter la Cup et l’Europa League puis de finir 2eme derrière City la saison passée… Mais même si je vulgarise un peu, cela tient énormément à un homme, à savoir DeGea, plus qu’autre chose.

– Man City : difficile d’être catégorique sur les Skyblues. Le club n’est qu’un membre récent du Big 6 et donc de la C1. Ses performances sont à mon sens honorables en CL, surtout depuis l’arrivée de Pellegrini, avec une demie-finale en 2016 face au Real. Depuis l’arrivée de Guardiola, toujours pas de demie-finale, mais c’est loin d’être ridicule, ça se joue à un doigt de pied hors-jeu face aux Spurs cette saison. Toutefois, tout comme son rival, City symbolise aussi le jetage d’argent par la fenêtre : Mangala à 50 millions, Stones à 70… Du gâchis, mais à un niveau tout de même bien moindre que United.

– Chelsea : peut-être le club qui symbolise le plus ce que j’évoque plus haut, situation quasi similaire à celle de MU, la saison de leur titre en C1 déjà où ils avaient fini 6ème en PL. Club instable avec des coachs moyens ou qui ne collent pas au club (Villas Boas, DiMatteo, Benitez, Sarri aujourd’hui). Une tonne de recrues empilées, donc de futurs cracks qui ne peuvent pas montrer leur talent, comme DeBruyne ou Salah pour ne citer qu’eux. Sans parler des jeunes du club qui ne peuvent pas s’exprimer. Une demie-finale en trompe-l’oeil en 2014 avec José après avoir éliminé Paris en quarts, mais c’était quand même bien faiblard tout ça.

– Liverpool : même constat, entre la fin de Benitez en 2009/2010 et l’arrivée de Klopp, les Reds ont acheté un nombre sidérant de joueurs quelconques, souvent à des prix ridiculement hauts. On a tous l’exemple de Carroll en tête, mais y en a eu d’autres. Moins que Chelsea et les 2 Manchester peut-être, mais quand même. La succession de Benitez a été difficile, même si Rodgers mérite du crédit pour son travail, notamment pour sa saison formidable où il passe tout proche de remporter la PL, ce qui a redonné un bel éclat aux Scousers !

Arsenal : moins d’argent dépensé que les autres, mais tout aussi mal. Sauf qu’à côté, Arsenal s’est fait dépouillé de ses meilleurs joueurs, saisons après saisons, pour finir de financer ce cimetière de luxe qu’est l’Emirates. Xhaka, Welbeck, Mustafi, Bendtner… La liste est longue. Trop longue. Dur de faire quoi que ce soit en CL. 10-2 face au Bayern quoi… 

Tottenham : le bon élève. Les Spurs ne sont invités en CL que depuis quelques saisons, c’est un club qui grandit, donc difficile de leur taper sur les doigts. Au contraire, leur progression est impressionnante depuis quelques saisons. Le tout sans dépenser des masses, comme quoi. Certains clubs devraient s’en inspirer, comme ceux cités plus haut ou le PSG.

 

Quarts - 2013
Quarts - 2015

Une disette qui a déjà touché à sa fin... la saison dernière !

Les plus attentifs d’entre vous auront remarqué que je n’ai pas mentionné la saison passée dans l’intro de l’article. Certains ont même dû me jeter des tomates -certes virtuelles- dans la figure !

En effet, la Premier League a déjà entamé sa remontada la saison passée. Seul Liverpool -c’est déjà bien- était en finale et surtout en demie-finale, mais les clubs anglais avaient déjà fait forte impression.

City s’était fait sortir en quarts par les Reds justement au terme d’une double confrontation exquise, sinon qui sait s’ils ne seraient pas allés en finale. Les Spurs quant à eux s’étaient faits sortir par la Juve en 8èmes, ce qui était n’était franchement pas mérité compte tenu de leur domination sur les 2 matchs, la Vecchia Signora s’en remettant à un réalisme froid, marque de fabrique oblige. De même pour Chelsea qui ne méritait pas de sortir face à un Barça lui aussi au réalisme froid et bien aidé au retour par l’arbitre de la rencontre Damir Skomina (plutôt bon habituellement pourtant) qui -une fois n’est pas coutume- refusa d’accorder un penalty plus qu’évident à Chelsea à 2-0. Qui sait ce qu’il se serait passé à 2-1… M’enfin, tout ça pour rappeler que déjà la saison passée les anglais avaient fait fort, plaçant 5 clubs en 8ème. Seul le risible Manchester de Mourinho avait fait pâle figure face à Séville.

Ce renouveau s’explique en grande partie grâce aux top coachs arrivés sur les bancs de touche ces dernières saisons. Klopp tout d’abord à Liverpool, Pochettino et son travail incroyable à Tottenham, Guardiola à City (bien qu’il n’arrive pas à passer les quarts), Conte en son temps à Chelsea… Difficile d’inclure Mourinho qui n’est devenu que sa propre caricature depuis son 2ème passage à Chelsea (article à venir dessus). Et avec ces top coachs, les transferts sont d’un coup moins saugrenus et beaucoup plus intelligents. Et ça, ça change beaucoup de choses. 

Et ceci semble parti pour durer les prochaines saisons ! Qui sait si United ne va pas renaître de ses cendres à son tour, là encore tout dépendra du mercato, sachant que Solskjaer semble avoir la carrure pour s’imposer à United (article à venir également), sans oublier Arsenal, même si pour le coup je suis plus dubitatif. 

Les clubs anglais sont de retour dans la plus prestigieuse des compétitions de club, et ce pour le plus grand bonheur des fans de football !